Adaptations pédagogiques pour déficients visuels

Adaptations pédagogiques
selon les paramètres de la vision touchés
Sandrine.Boissel ULIS sandrine.boissel@ac-grenoble.fr

- Acuité Visuelle

- Eviter les polices avec des empâtements ou des fioritures (préférer par exemple Arial-Verdana-Comic sans ms )
- Caste > 18 selon les élèves 18<…>26
- Proche du tableau ou si TNI, penser à fournir une version papier du document projeté que l’on placera sur la table de l’élève ou sur clé USB. -Lignages spécifiques pour certains élèves.
- Géométrie tolérance : 5mm et outils individuels spécifiques

- Vision des couleurs

Dyschromatopsies variées (pas de couleurs du tout-couleurs franches uniquement-confusions marron/rouge/noir…) -Contrastes marqués -Pas de couleurs pâles
- Pas de nuances de gris -Préférer aux codes couleurs : des symboles ou des encadrements, double-soulignages …. -Au tableau blanc favoriser le marqueur noir.

- Champs visuels Exploration du support

- Plusieurs élèves ont une vision tubulaire. -Préférer plusieurs petits formats A5 ou A4 à un A3 très difficile à explorer. -Eviter les supports très chargés, épurer les schémas. -Encadrer au marqueur noir les textes (signal visuel) -Utiliser des caches ou des fenêtres. -Glisser la page ou la feuille dans une pochette transparente (à plastifieuse) permet de tracer au velleda le parcours de lecture en amont. -Utiliser des guide-lignes. -Placer une gommette comme repère quand le regard quitte le modèle ou le texte que l’on étudie. -En EPS : absence de vision périphérique signifie absence de perception des mouvements (y compris des ballons).

- Fond forme

- Avoir des supports bien contrastés. -Préférer les polices de caractères en gras ou « bold ». -Le crayon gris n’est pas perçu par les élèves. A plus forte raison, s’ils ont une préhension crispé du crayon et s’ils gomment…. Ainsi on peut coller un adhésif transparent sur l’exercice, l’élève pourra ainsi travailler au feutre velleda fin noir (bon contraste) et effacer à loisir (le support sera plus net qu’avec un crayon gommé). Une fois la tâche accomplie, on appliquera un deuxième film plastique au-dessus pour fixer son travail. -Certains élèves écrivent avec un feutre noir plutôt qu’un stylo dont le trait est trop fin. -Un fond ou un sous-main sombre est parfois nécessaire. —
Préférer les feutres aux crayons de couleurs.

- Photophobie

- Cette gêne se fait sentir même à l’intérieur. Les éclairages agressifs des classes peuvent majorer le problème sur un support papier blanc ou sur une table blanche. Les vidéoprojecteurs ou TNI peuvent aussi être source d’éblouissement. Ainsi dans la mesure du possible : -Placer l’élève loin de la fenêtre -User du vidéoprojecteur en veillant à son confort. Les lunettes de soleil et les casquettes le soulageront. -Donner le document projeté sur papier.
- L’usage de la craie jaune offre un meilleur contraste et l’éblouissement est amoindri. -Parfois (en géographie, géométrie, lecture….) on pourra proposer d’imprimer le support sur une feuille de couleur crème ou jaune.

- Vision du relief et profondeur

- L’organisation matérielle est parfois difficile. -Le suivi de ligne est compliqué, les guides sont d’un bon secours. -L’acte de copie demande des accommodations visuelles importantes. Ainsi poser le modèle sur la table diminue quelque peu le va-et-vient oculaire. -Accompagner les explorations du tableau, des livres avec la parole ou le geste (prendre la main du jeune pour montrer dans l’espace- donner des repères kinesthésiques…) -En EPS, matérialiser les obstacles avec des scotchs de couleurs, des drapeaux…. Faire une reconnaissance parlée et vécue physiquement des parcours en amont.

- Nystagmus

- Ces mouvements involontaires de l’oeil sont majorés par le stress et la fatigue. -L’élève positionne sa tête (inclinaison) pour bloquer son oeil. Il faut le laisser adopter la position qui lui convient.
- Eviter les supports trop grands. -Eviter les lignes trop longues dans les textes (environ 1⁄2 largeur de A4)

- Traitement neuronal de l’information

- On va utiliser d’autres voies pour compléter la perception visuelle : -Kinesthésique : faire manipuler l’élève le plus possible (quand ce n’est pas possible en cours, cela peut se préparer en amont ou être repris ensuite en ULIS)
- Verbaliser : ceci est valable aussi bien pour l’enseignant qui va décrire les supports, les consignes et les attendus que pour l’élève qui a besoin de verbaliser ce qu’il fait. (Ceci est particulièrement vrai pour l’acte graphique.)
Sandrine.Boissel ULIS sandrine.boissel@gac-renoble.fr

Documents joints

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close