La synthèse vocale pour tous

Lire avec les oreilles c’est possible.

Et c’est bien de la Lecture !

Synthèse vocale, livre audio (avec voix humaine), livre en noir (caractères ordinaires), livre en braille papier, liseuse, plage braille numérique… Autant de modes de lecture, autant de plaisirs particuliers, autant d’objectifs pédagogiques différents…

Essayons d’y voir plus clair…

Même si tous les usages de la synthèse vocale ne peuvent être développés en un seul article…


Premier postulat de cet article : la synthèse vocale n’est pas un outil réservé aux seuls déficients visuels.

Les propos de Frédéric GRELLIER, traducteur de roman devenu aveugle,  feront une excellente introduction.


Plaisir de lire et culture littéraire

L’usage du livre audio va autoriser le retour du plaisir de la lecture pour toute personne empêchée de lire que ce soit du fait d’une déficience visuelle, d’un trouble dys ou même de l’âge… Il n’y a pas que le tout petit qui aime qu’on lui lise des histoires… 😉

Ce dispositif permet de développer la culture littéraire de tous les élèves, même s’ils sont en difficulté par rapport à l’écrit. Des oeuvres classiques s’avèrent même déclencher un véritable engouement. Je pense à un jeune en particulier qui dévore désormais les oeuvres de Zola, Hugo… depuis la découverte de cette forme de lecture.

Selon que l’on choisisse la lecture en noir, en braille, avec une synthèse vocale ou une voix d’acteur, le plaisir de la lecture sera unique. L’intention même du lecteur n’est pas la même. En effet, les images mentales seront différentes. Pour illustrer cette idée, voici une petite anecdote personnelle. Je suis voyante, mais je lis le braille avec les doigts depuis l’adolescence. La lecture est une grande source de plaisir pour moi. Je lis des ouvrages en noir, mais aussi en braille abrégé. En revanche, je ne choisis pas l’un ou l’autre de ces deux supports au hasard, parce que je ne vois pas et ne ressens pas le texte de la même manière. Lorsque je lis en braille, les personnages n’ont pas de visage,  par contre je leur associe des mouvements particuliers, par exemple. Depuis deux ans, je ne lis plus de romans policiers en braille. En effet, après avoir parcouru une description de cadavre, au cours d’une lecture, j’ai ressenti le désagréable et impérieux besoin de me laver les mains. J’avais l’impression qu’elles étaient couvertes de sang visqueux… Il y a quelques mois, l’un de mes élèves m’a demandé à se laver les mains, lui aussi, après la lecture d’un texte d’Edgar Poe…


Apports pédagogiques : lecture, prise de notes

Avec une voix humaine, la lecture est influencée par l’interprétation du lecteur. Ce n’est pas le cas avec une synthèse vocale, ce qui permettra une analyse linguistique du texte écouté. La synthèse vocale n’est pas teintée de l’émotion d’un autre ce qui permet de se construire ses propres ressentis mais aussi de focaliser son attention de façon objective et factuelle sur certains aspects du texte : champs lexicaux, rimes, rythmes, temps, figures de style, syntaxe… 

La synthèse vocale soulage l’élève du déchiffrage, pour se concentrer sur l’analyse du texte. Ce point est primordial. Un élève en difficulté de lecture a des compétences d’analyse littéraire indéniables, mais la technique opératoire du décodage l’empêche de les exercer et de les montrer.

J’ai aussi pu constater que cet usage, en couplant synthèse vocale (avec une oreillette) et support papier ou  numérique, augmentait la vitesse de lecture, évitant les blocages sur les mots inconnus ou longs et en favorisant l’appui sur le sens.

Le travail d’analyse et de synthèse attendu dans une épreuve de corpus est favorisé par la synthèse vocale en complément du support écrit. L’élève va placer son attention sur la forme et le contenu du texte et non sur le déchiffrage pur. En couplant support écrit sur un écran et synthèse vocale, la prise de notes devient également possible. Le lecteur d’écran pouvant lire tout ou partie du texte, ou même uniquement la zone sélectionnée à la souris par l’élève. Mais surtout en ayant cette double lecture, le jeune peut souligner, mettre en gras ou en couleur les passages du texte qui lui semblent pertinents. En déposant plusieurs balises différentes dans le texte (**  ou // par exemple), l’élève pourra par un simple « ctrl F » retrouver ses notes, les sélectionner, les faire relire par la synthèse et les importer dans son brouillon.

Lorsque le jeune a besoin de retrouver un passage clef, il lui est aussi possible d’accélérer la vitesse de lecture pour gagner en efficacité.


Et la relecture…

La synthèse vocale permet une relecture des productions d’écrits. Cela est possible à deux moments différents. En cours de rédaction, le retour audio instantané permet un contrôle de la bonne correspondance phonie/graphie, et autorise à entendre les lettres une à une, puis le mot entier. Les accords s’entendent ainsi également. Ce retour immédiat est rassurant et permet de traiter des incohérences constatées dans l’instant, réduisant le temps de relecture. Dans un travail de vérification orthographique par la suite, par mini-missions en s’inspirant des travaux de J-P. Lachaux, la synthèse vocale pourra remplacer la petite voix intérieure (sens, oublis de mots…) Elle attirera l’attention de l’élève sur les mauvaises correspondances phonie/graphie. En utilisant, le « ctrl F », l’élève peut aussi faire rechercher exclusivement les déterminants, sans qu’une relecture chronophage et énergivore exhaustive soit nécessaire. Une fois, ces derniers trouvés, il lui suffit d’activer la synthèse vocale sur les groupes nominaux ainsi décelés rapidement et de se concentrer sur les accords…

Le 28 février 2018 – Sandrine

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close