Le braille abrégé orthographique

Le braille abrégé

Pourquoi l’abrégé

Une cellule braille a la taille de la pulpe de l’index. Ainsi un simple mot prend une taille bien plus importante qu’en noir. Le braille intégral est donc « encombrant ».

De plus une vision d’ensemble en braille est impossible.
→ Le braille abrégé est donc appris pour remédier à ces deux contraintes de l’intégral. C’est un gain de place et de rapidité de lecture.

Quand l’apprend-on ?

On passe au braille abrégé lorsque l’intégral est suffisamment maîtrisé et que les bases d’orthographe et de grammaire commencent à s’installer solidement. Ainsi lorsque les apprentissages premiers se sont faits en braille, cet enseignement débute au cours du cycle 3.

En revanche, dans le cas d’une mise au braille tardive, on attend que le jeune ait atteint une bonne maîtrise du braille intégral.

Comment l’apprend-on ?

Le point d’ancrage majeur du braille abrégé est l’orthographe.

→ Ainsi il est pertinent pour certains jeunes de coupler son apprentissage avec la reprise des règles d’orthographe, avec des jeux grammaticaux et parfois même avec la méthode gestuelle BOREL MAISONNY (méthode qui s’adapte aisément à la mal-voyance et la cécité).

La progression jointe à cet article est donc issue de la combinaison d’une progression d’orthographe, de la méthode gestuelle et de la méthode d’abrégé de Jean LE RESTE.

Recyclages et combinaisons

→ Le braille abrégé est un recyclage de signes et l’ajout de nouveaux.

* Il existe 49 signes qui représentent un mot court isolé. Mais attention, certains de ces signes employés dans un mot changent de statut et représentent un morphème (groupement de lettres). Ainsi par exemple,

le signe 4(256) représente le mot «dès» s’il est isolé, ou bien les groupements «dis» ou «ien» selon sa place dans le mot et selon des règles imposées par la conjugaison.

* Sept morphèmes en terminaison sont représentés par deux ou trois signes (bilité-logie-tement-vement-ablement-ellement-quement). On serait tenté de faire de même pour d’autres groupes de lettres comme «pement» que l’on trouve fréquemment mais cette abréviation n’existe pas, seul le «ent» s’abrégera.

* Il existe 47 signes d’«assemblages» qui abrègent des sons ou des groupes de lettres. Leurs significations diffèrent selon leurs positions dans les mots et selon les lettres voisines.

Leur emploi répond à des contraintes diverses que l’on pourrait appeler «règles d’or» : respect de la syllabe, éviter les confusions en fin de mot avec des signes de ponctuation, interdiction d’avoir deux fois le même signe consécutif, ou bien encore un mot ne peut pas être constitué de signes uniquement «bas»… etc…

Ces signes ne peuvent pas être employés dans un mot si celui-ci a sa propre abréviation. Ainsi au cours de l’apprentissage, l’enseignant doit veiller à signaler à l’élève les mots qu’il apprendra ultérieurement pour éviter qu’il ne les retienne comme une succession erronée d’assemblages.

* Il existe ensuite 43 locutions courantes qui s’abrègent avec un signe par mot, ces signes sont séparés par le signe italique, un tiret ou une apostrophe.

Sandrine BOISSEL-enseignante spécialisée

* Il existe 214 symboles qui sont des mots représentés par la combinaison de deux signes (deux lettres, deux initiales de syllabes, des assemblages…). Attachées à ces symboles, des règles d’accords sont à retenir. En particulier, dans le passage du masculin au féminin, le dernier signe change.

Retenir ces signes semble laborieux, mais en modifiant les listes de la méthode en associant les mots semblables (même signe de début ou de fin par exemple) facilite grandement leur apprentissage. Il existe aussi toute une série d’aides mnémotechniques, certes parfois loufoques, mais efficaces. (document joint à cet article)

De plus, à notre époque où le SMS est à la mode, les élèves s’amusent à modifier ce langage avec l’abrégé.

* Enfin, il y a la longue liste de 185 mots qui autorisent des dérivations (420). Ces dernières sont basées sur des terminaisons (ance-ence-ude- if-age-al-el-ment-aine,ine-que-aire-ère-euse-té-ive-aux, eux-ation-eur- ion-able-ain, in) Ces terminaisons ne sont utilisables que pour les mots de cette liste.

Pour cette liste, une fois encore, regrouper les mots par construction ou par similitude aide à les mémoriser.

 Démarche

Cet apprentissage laborieux se fait par un jeu de va-et-vient entre : – jeux d’orthographe (en associant des gestes, en s’appuyant sur les mouvements des lèvres…),
– manipulation de terminaisons verbales,
– observation et analyse de la construction orthographique des mots en intégral et de leur abréviation…

L’écriture et la lecture associées tout au long de cet apprentissage permettent non seulement de mieux retenir mais aussi de résoudre les problèmes de «signes-miroir».

L’utilisation des picots de coloredo permet également de faire des jeux d’entraînement, ou de produire des écrits au brouillon avec une grande souplesse dans l’autocorrection.

 Quelques trucs et astuces pour mémoriser 

  • des phrases mnémotechniques souvent farfelues
  • des réarrangement des séries 1 à 5. (la liste 6 n’est pas remaniée parce qu’elle est écrite par groupes de mots commençant par le même assemblage)
  • pour les dernières listes la démarche est la même.

    —–

Ils (ent) ont la fl(fl)egme.

 tout fr/ation.

L’eau cl(cl)apotait(ait) au bord de cette île.

Je suis tombé balade en endrant(ant) dans l’ô.

9 définitions impossibles…

Es c’est le « » à l’envers.

C’est pour ça !

Un dès dis chiens.

Vous allez chez elle ?

Sans deux ss ça fait zzzz.

Le concre du milieu.

Lui c’est un pion…

Les gl em.

Br ui t

Le P est tombé dans un puits prprofond.

Le T tr…transperce le plancher.

Et moi et moi et moi¯¯¯

Plus de place !

Un grand grorille.

Er le E a fait tomber le R.

In est un i tombé mais si !

Fais pas la te c’est la te !

Ca cela ne tienne – cela (ca) !

Ceux qui roulent en CX.

Les pneus MX c’est mieux !

Les sept nains version braille J : jx joyeux, hx heureux, gx généreux, vx vieux

Le jour de Jr. 

Bj M’sieur bonjour, je suis jn (jeune) !

Comme je suis au CM.

Cependant ma soeur est au CP.

Cette fille regarde « la tour FL ».

Le garde Gédéon.

Cet hiver m’a (achevé) HV !

Le regard d’HeRGé.

Le DV ne marche pas devant.

Y a combien sur ta CB ?

Demain j’ai un DM.

Pour avoir (ar) le coeur (cr) de ma soeur (sr) un jour (jr) monsieur (mr)…

Il est où DéDé ? Il est dedans.

Mettre notre lettre avec la votre (Mtr Ntr Ltr Vtr).

Certains ont moins besoin de soin.

Regroupements série 1 :

côté nôtre vôtre rôle → deuxième signe ô

père mère → deuxième signe è

tête fête → deuxième signe ê

bonté sorte pourtant → deuxième signe o

partout davantage → deuxième signe a

Regroupements série 2 :

– pour avoir (ar) le coeur (cr) de ma soeur (sr) un jour (jr) monsieur (mr) → deuxième signe R

– les sept nains braille (jx joyeux hx heureux gx généreux vx vieux) en cx (ceux) avec des pneus (mx) → deuxième signe X

– ces des mes nos pas ses tes vos fils→ deuxième signe S

– bientôt dont faut quant surtout étant maintenant point→ deuxième signe T

– avec donc → deuxième signe C

– boulevard quand → deuxième signe D

lequel, lesquels, laquelle, lesquelles font l’objet d’une séance à part

Regroupements série 3 :

-beaucoup combien ceci merci voici quelconque → deuxième signe C

-bonheur dehors → deuxième signe H

-bonjour déjà toujours → deuxième signe J

-combien debout → deuxième signe B

-celle fille hélas meilleur voilà → deuxième signe L

-comme jamais parmi remerciement vraiment

deuxième signe M

– cependant depuis → deuxième signe P

– cette longtemps toute → deuxième signe T

– dedans garde jadis madame pendant soudain

deuxième signe D

– dernier jeune manière tenir venir → deuxième signe N

-devant hiver livre mauvais souvent oeuvre → deuxième signe V

-jusque lorsque puisque quelque → deuxième signe Q

-parfois réflexion → deuxième signe F

-regard naguère → deuxième signe G

Regroupements série 5 :

– après esprit → deuxième signe son pr

certains ont moins besoin de soin → deuxième signe son in

-degré malgrès → deuxième signe son gr

-un doute sur la route → deuxième signe son ou

-derrière guerre hier → deuxième signe son er

-ligne seigneur → deuxième signe son gn

– « mettre notre lettre avec la votre » être titre → deuxième signe son tr

-volontiers quiconque → deuxième signe son on

Progression Braille abrégé et orthographe

Périodes

Compétences et connaissances travaillées

P1 – Les mots représentés par un seul signe

– Les signes des assemblages et règles de leurs utilisations

– Reprise des règles d’or (respect de la syllabe, pas 2 fois le même signe, au moins 1 avec points supérieurs, respect noms propres et mots non français)

– s ou es au pluriel

– Les verbes et les terminaisons (er – ai – ai s – ai ent – on s – ion s – ent – ait – ant – ez ) Reprise des terminaisons générales et des exceptions nous sommes, vous dites, vous faites vous êtes, tu p eu x, tu v eu x, je p eu x, je v eu x. Travail sur les règles des ient et la prévalence de la terminaison de conjugaison (il v ien t – défic ien t – ils oubli ent)

– Les homophones grammaticaux (et/est – on/on t – son/ son t – ou/où)

– 1 s entre CV, en début et fin de mot – 2s entre VV sauf es s en début de mot.

P2 – Rappel des trois dernières compétences.

– em devant C, om devant C, im D et a m devant mbp quand les lèvres se touchent

– Les terminaisons qm, ablem, llm, blt, vm, tm, lg – Attention particulière à celles qui n’existent pas

– Les doubles consonnes (tt entre de V, changent e en è/ si ttr tr prédomine – ll entre VV e change de son – nn e change de son/in n D, en n, an n – rr le e change de son/ er r sauf en début)

– Rappel eu – ieu – eur – ieur

– Rappel ien – ion – ieu

– Rappel des préfixes com, dis, es, trans – précédés de re ou in – cas particulier de es

– Les locutions séries 1,2,3,4

Périodes

Compétences et connaissances travaillées

P3 – Les symboles sans dérivés :

formés des deux premières lettres du mot – ajout de préfixes – respect du sens

formés d’initiale et finale du mot – l au F et ls au FP

formés d’initiale des deux premières syllabes – ajout e es s – danger formes différentes au F et au M dr ou dn

formés de l’initiale de la 1ère et 3ème syllabe

formé de l’initiale et d’un assemblage – danger certain c in / certaine c n

formé de l’assemblage initial et d’une lettre ou autre assemblage – danger :

entier en t / entière en r – prochain pr ch / prochaine pr n – inquiète in è / inquiet in q

formé initiale + une lettre

formé de 3 signes

P4 et P5 – Rappel des règles des mots sans dérivés

F, FP et MP

Ajout de préfixes en respectant le sens

Règles des formes verbales

– Les symboles avec dérivés :

liste des signes pour fabriquer les dérivés (c, d, f, l, m,n , q, r, se, t, v, x, ation, eur, ion, able, ain/in

mots 2 premières lettres

mots lettre initiale et finale

mots premières lettres des deux premières syllabes

mots 1ère et 3ème syllabes

mots initiale + un assemblage

mots assemblage initial + une lettre ou un assemblage

mots initiale + une lettre

mots avec trois signes

Sandrine BOISSEL-enseignante spécialisée







Sandrine Boissel – Le 25 février 2016

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close