Méthodologie et utilisation du 1/3 temps

Pourquoi de la méthodologie :

parce qu’utiliser efficacement  un 1/3 temps supplémentaire cela s’apprend…

Mieux se connaître, pour mieux apprendre, mieux retenir…

Mieux comprendre les exercices, les questions et les attendus du professeur pour mieux réussir les épreuves…

Toutes ces fiches ont été élaborées avec mes collégiens après des séquences d’analyse des sujets de DNB. 



Méthodologie 5-1 Dictée : Pendant une dictée, je ne fais pas plusieurs choses à la fois. Je coupe mon travail en « missions »

– Pendant la première lecture par le professeur, je me concentre sur les personnages du texte. (Si c’est au : féminin ou masculin – singulier ou pluriel) Cela m’aidera pour conjuguer les verbes pendant la dictée.

– Je fais la dictée. Je suis les mêmes conseils qu’en copie ou en prise de notes en cours. Si j’ai un doute, ou si je rate un mot, j’écris « XX ». Je pourrai ensuite faire un « ctrl F » pour les retrouver, à un moment plus calme.

– Pendant la relecture du professeur, je vérifie juste que je n’ai pas oublié de mot, ou la ponctuation (pour m’aider dans la mission 1)



Méthodologie 5-2 Dictée : Pendant une dictée, je ne fais pas plusieurs choses à la fois. Je coupe mon travail en « missions « 

 Vient ensuite le moment de la relecture autonome. Je fais une relecture pour chaque mission.

-> A chaque mission, je mets en gras les mots vérifiés, ou je les souligne. Ainsi à l’issue de la mission 5, je verrai si j’ai bien fait un contrôle de tous les mots… 😉

– Mission n°1 : lire à haute voix dans ma tête, pour vérifier que les sons soient corrects. Jeter un oeil aux majuscules.

– Mission n°2 : regarder les verbes et leurs accords avec leur sujet.

– Mission n°3 : chercher les déterminants (ils sont plus petits et plus faciles à trouver vite sans avoir besoin de tout lire) et vérifier que les noms et les adjectifs qui lui sont associés soient bien accordés.

– Mission n°4 : vérifier l’orthographe des mots invariables ou d’usage courant.

– Mission n°5 : vérifier les lettres muettes et les doubles consonnes.



Méthodologie 5-3 : Méthodologie/ Analyse des attendus de l’épreuve de grammaire et compétences linguistiques 

4 champs disciplinaires sont évalués :

  • grammaire (nature et fonction des mots et des groupes de mots)

  • vocabulaire (champs lexicaux, registres de langue, analyse de la construction des mots, sens des mots en fonction d’un contexte)

  • conjugaison (analyse de terminaisons, explication de choix des temps)

  • orthographe

    On trouve deux sortes de réécriture. Dans les deux cas, les fautes d’orthographe de copie (mots du texte ou de l’énoncé) ne pardonneront pas. Je peux donc souligner les mots pour bien les repérer. Si je change juste le temps, il n’y a que les terminaisons des verbes à modifier. Si je change le personnage ou le pronom personnel sujet, attention : la conjugaison (personne) change mais les accords des adjectifs et des pronoms aussi… Parfois il est demandé de changer temps et personne…



Méthodologie PN1 Prise de notes n°1 : dans un devoir, j’apprends à lire les questions en premier pour savoir ce que le professeur attend de moi.

Il existe 3 sortes de questions :

-Les questions dont la réponse est dans la lecture du texte. (Question type L)

-Les questions dont la réponse est dans ma tête. (Question type T)

-Les questions pour lesquelles je dois utiliser des indices du texte et mon intelligence pour les combiner avec ce que je connais pour trouver la réponse. (Question type I)

1. Les questions de type L :

  • Qui : indique que je cherche des éléments sur le ou les personnages.

  • Où : indique que je dois trouver des indicateurs de lieu ou des Compléments Circonstanciels de Lieux.

  • Que fait : m’oriente vers une recherche de verbes. Mais attention, je dois bien regarder dans la question le sujet (personnage) qui m’intéresse.

  • Comment, pourquoi : sont aussi un peu des questions de type T, parce que je vais devoir trouver des éléments dans le texte, mais aussi ré-expliquer avec mes propres mots.

  • Repérer, relever, trouver des mots importants, des extraits, des expressions, des synonymes ou un champ lexical : il s’agit d’une question que je dois anticiper avant ma lecture (PN2)

2 Les questions de type T :

  • S’imaginer la suite : je dois à la fois faire preuve d’imagination, respecter le texte de départ (temps des verbes, personnages, événements), et écrire correctement pour pouvoir être lu par quelqu’un d’autre.

  • Donner mon avis

3. Les questions de type I :

  • Quel(s) événement(s) : c’est un peu comme ce que j’ai appris dans les petites classes (remettre des images ou des phrases dans l’ordre de l’histoire), sauf que c’est un peu plus compliqué, je dois comprendre l’ordre de l’histoire, même si le texte fait des va-et-vient dans le temps.

  • Justifier : je dois expliquer quelque chose en m’appuyant sur des informations (preuves) du texte et sur ce que je connais. Attention, les indices du texte ne sont pas forcément explicites, je dois parfois en avoir plusieurs qui concordent et les confronter à mes connaissances pour parvenir à une réponse.



Méthodologie PN2 Prise de notes n°2 : dans un devoir, je m’organise avant de lire le texte

– Je ne me plonge pas dans le texte dès que l’on me donne l’énoncé.

– Je commence par lire les questions.

– Pour chaque question, je me demande quel est son type : L T ou I. Je l’écris à côté de la question.

– Je choisis 3 ou 4 couleurs ou actions (entourer, souligner, encadrer, faire une croix) ou caractères spéciaux (que je pourrai faire rechercher par mon ordinateur) : je prends un code par question de type I ou L.

– Je commence ma lecture. Pendant que j’avance dans le texte, je note en début de ligne et sur les mots eux mêmes avec le code choisi les informations que je pourrai ensuite retrouver aisément.



Méthodologie PN3 Prise de notes n°3 : dans un devoir, je m’aide des mots des questions et de mes notes pour répondre.

Vient maintenant le temps de répondre aux questions.

1. Je relis chaque question.

2. Pour chaque question je procède de la même manière :

– je souligne dans la question les mots qui me seront utiles pour écrire ma réponse (comme ça je saurai les écrire sans faute d’orthographe)

– Sur un brouillon j’écris le numéro de la question. Je recopie tous les mots que j’ai notés dans le texte (ceux du code de cette question)

– avec les mots de la question, les mots relevés et ma tête, je réfléchis à ma réponse.

– Je rédige ma réponse, sans me préoccuper de l’orthographe. Je fais juste attention en recopiant les mots dont j’ai les modèles (dans les questions ou le texte)

– Lorsque j’ai écrit toutes mes réponses j’attaque la relecture PN4



Méthodologie PN4 Méthodologie Français n°4 : se relire, relire une rédaction

Pour relire une rédaction, pour vérifier

si j’ai fait des fautes, je relis plusieurs fois

et je vérifie une chose à la fois :

    • Les majuscules et les points.

    • Les « s » et les « x »

    • Les accords des verbes

    • L’orthographe des mots connus

    • En cas de doute → le dictionnaire



Méthodologie PN3 Bis Méthodologie Français n°3 bis : prendre des notes pendant la lecture

 Pour répondre à des questions sur un texte ou un roman lu.

Je lis les questions avant.

Quand je peux écrire sur le texte, je prends des surligneurs ou des crayons de couleurs différentes et un crayon à papier. Je peux :

    • surligner,

    • entourer,

    • souligner,

    • recopier les mots ou les expressions ou les phrases que je pense utiles pour répondre après ma lecture. Je peux utiliser une couleur par questions.

Quand je ne peux pas écrire sur le texte, quand je lis un roman par exemple, je note :

    • le numéro du chapitre,

    • le numéro de la page,

    • le paragraphe

    • et je copie les mots ou les expressions ou les phrases que je pense utiles pour répondre après ma lecture.



Méthodologie PN5 prise de notes n°5 : dans un devoir, j’analyse les questions pour comprendre les attentes de mon professeur.

Dans un sujet d’examen du Brevet, on retrouve presque toujours les mêmes types de questions et souvent dans le même ordre.

* Une question L, où la réponse est dans le texte. Le professeur cherche à voir ma capacité à rédiger une réponse correcte avec une syntaxe qui respecte les codes du langage écrit.

* Une question I, où la réponse est présente dans le texte sous forme d’indices que je vais devoir combiner pour répondre.

* Une question T, pour laquelle je dois m’appuyer sur les indices du texte et sur mes connaissances personnelles ou sur mon raisonnement pour répondre.

* Une question en deux temps, où l’on demande d’abord que je donne une explication sur un mot (famille de mots, synonyme), sur un champ lexical, sur un point de grammaire, sur un choix de temps (conjugaison)…

Je dois ensuite justifier que l’usage de ce point de fonctionnement de la langue est au service du sens du texte. Je dois en justifier l’effet obtenu.

* Une question demande de comparer deux points / paragraphes / expressions / personnages opposés ou similaires du texte.

* Une question porte sur le début (première phrase, situation de départ), ou la fin du texte (dernière phrase, dernier mot). On attend de moi que j’explique son emploi à la lumière du sens de la globalité du texte.

* Et enfin une question T, où l’on me demande de donner mon avis sur le choix d’un personnage, sur une position du narrateur, sur un élément du texte.

Je peux m’appuyer sur le texte, mon expérience personnelle, des éléments de ma culture (oeuvres d’arts, cinéma, littérature….), et sur mes cours des autres disciplines (histoire géographie, EMC, SVT…)



Méthodologie PN6 : Mémorisation 1 J’apprends comment je fonctionne pour mieux retenir mes leçons

1. On mémorise mieux avec des émotions. Alors on fait des phrases mnémotechniques. (ex: le bisou du zèbre en braille)

2. Il faut trouver et retenir 15 mots qui sont les clefs des tiroirs où je range mes leçons dans ma tête.

– 5 mots importants dans la leçon du cahier

– 5 mots que le professeur a prononcés pendant le cours

– 5 mots que je connaissais déjà à propos de cette leçon

3. Mon cerveau a besoin de faire un effort pour mémoriser.

– Lors de ma révision, je vais chercher les mots clefs prononcés par le professeur

– « Me faire poser » des questions par quelqu’un

– Poser des questions à un camarade

– Faire un exercice

– Faire des quizz

– Je peux choisir un document que nous n’avons pas vu en classe sur les pages étudiées. Je cherche les points communs avec ce que j’ai déjà appris.

Pour mémoriser longtemps, je dois reprendre ma leçon régulièrement, parce que si je n’utilise pas ma leçon, mon cerveau la mettra aux oubliettes.



Méthodologie PN6 Mémorisation 1-2 : J’apprends comment je fonctionne pour mieux retenir mes leçons

Mémoriser le plus efficacement possible
1) Couper sa leçon en plusieurs parties, minuter la révision de chaque partie. Cela évite de se décourager. Le cerveau est plus efficace quand il sait pour combien de temps il en a, et quand le travail est coupé en mini-missions (comme en relecture d’orthographe).
2) Recréer les mêmes conditions à chaque révision et le jour du contrôle.
Comme je ne peux pas le faire physiquement, je le fais mentalement. Je sélectionne une image ou un morceau de texte important de la leçon par exemple une carte, une figure géométrique… Je rappelle cette image et je la « visualise », au début de chaque révision…
3) Réviser avec des émotions.
Par exemple faire des phrases rigolotes. En plus, cela fait du lien entre plusieurs idées.
4) Faire faire un effort au cerveau pour mieux retenir.
– On sélectionne dans la leçon ce qu’on connaissait déjà et ce que l’on ne comprend pas . Je cherche la signification des nouveautés.
– Je sélectionne les 5 mots importants du cours et j’apprends leur définition.
– Je sélectionne 5 mots que le professeur a prononcés pendant cours.
– Je fais la liste des synonymes des mots clés. Comme ça, si en contrôle, le professeur utilise un mot voisin, je ne serai pas perdu.
– Je pose des questions à un copain ou j’écris des questions ou je demande à ce que l’on me pose des questions. Pour me poser des questions à moi-même, je les écris en lisant ma leçon; je fais une pause et ensuite je réponds à mes questions.
– Je cherche les liens avec l’ancienne leçon ou une autre matière. Cela évite que les anciennes leçons prennent la poussière et s’oublient. Faire des liens permet de pouvoir rappeler plusieurs souvenirs à la fois.
– Je choisis un document du livre qu’on n’a pas étudié en cours et j’essaie de le comprendre. En plus, avec un peu de chance ce sera un futur travail ou cela figurera au contrôle.
5) Faire du lien, cela permet :
– de gagner de la place dans ma mémoire
– de rappeler les souvenirs liés entre eux plutôt qu’un seul
Par exemple : Faire des cartes mentales. Les ingrédients essentiels sont les mots importants/clefs et les liens entre eux (flèches, élastiques…)

Important: mon cerveau n’aime pas la poussière, il fait du ménage régulièrement et jette ce qu’il lui semble inutile (qui ne sert à rien) et inutilisé (que je n’utilise pas assez souvent).
→ Donc, je révise plusieurs fois en espaçant progressivement mes révisions; je n’oublie pas de relire de temps en temps mes anciennes leçons. 



Méthodologie PN7 Sujet de rédaction : j’analyse ce que l’on attend de moi

Sujet de rédaction :

Il existe deux grands types de sujets :

1. Sujet d’imagination :

Rédiger la suite ou « faire comme » (à la manière de…)

On attend de moi que j’écrive en langage écrit correct, que je fasse correctement le lien avec le texte (temps, lieu, lexique et personnage), et que je fasse appel à mes cours de français (champ lexical, type de texte…)

Pour passer incognito, pour être pris pour l’auteur, quelques astuces :

– je repère et respecte le temps du texte

– je ne me trompe pas de narrateur (« je » ou « il »)

– je garde le style de l’auteur (registre de langue, champ lexicaux)

– je relève et utilise les caractéristiques et les émotions des personnages

– je conserve les événements majeurs et je glisse habilement ma touche personnelle (nouvel élément demandé dans la question). Je dois les mettre en lien.

2. Sujet de réflexion :

Cette fois-ci, on prend de la distance par rapport au texte de départ. Mais le thème abordé, l’a déjà été dans le texte étudié en première partie. Je pense donc à montrer que j’ai bien vu ce lien.

On attend de moi que j’écrive en langage écrit correct, que je présente mon opinion avec un plan structuré, que j’argumente mon point de vue.

Je prépare mon brouillon en faisant 5 rubriques/cases :

-mes connaissances sur ce sujet (cours de français mais aussi des autres disciplines),

-mon expérience personnelle,

-les œuvres littéraires que j’ai lues ou étudiées en classe ou à la maison,

-les œuvres d’arts (tableaux, sculptures, installations, musique, chanson, cinéma, théâtre…),

-et les médias et actualités.

Je commence par écrire dans ces rubriques toutes mes idées. Je regroupe ensuite les arguments qui se rapprochent ou que je peux combiner. J’en dégage mon plan.



Méthodologie 8 : Gestion du tiers temps

A quoi sert un tiers temps supplémentaire ?

Il ne s’agit pas seulement de prolonger le contrôle, de le terminer à temps, de vérifier, et de corriger fautes d’orthographe…

Le 1/3 temps peut être utile et réparti tout au long de l’épreuve !

– Au début :

Faire revenir l’image de mise en conditions de travail (cf méthodologie mémorisation)

Prendre le temps de : hiérarchiser les exercices pour savoir dans quel ordre les faire.

Lire tous les exercices  et repérer : – les points attribués – les différents types de travaux attendus (calculer, rédiger, justifier, démontrer, comparaison, mise en lien de deux matières…) – les mots clefs ( les 15 mots ou la liste des synonymes – cf méthodologie mémorisation)

Ecrire à côté de chaque question entre deux balises, le thème de la question, le temps que l’on estime nécessaire pour la traiter. Si l’exercice nous semble long, on le coupe en mini-exercices, en petites tâches…

– Au milieu :

– Visualiser l’image de rappel (cf méthodologie mémorisation)

– Rédiger : raisonnement, expression, connaissances

– Faire 4 cases : – éléments cours – éléments document/texte – mon expérience personnelle et culture générale – liens avec autres matières. → Ecrire tout ce qui vient, on fera le tri au moment de la fabrication du plan

– Suivre la méthodologie prise notes pendant la lecture, d’analyse questions, de dictée, de rédaction etc…

– A la fin :

Relecture (cf méthodologie de relecture), comme si l’on était quelqu’un d’autre pour pas de passer à côté du sens.

 Le 3 mars 2018 – Sandrine

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close